Wikia One Punch-Man
Advertisement



Histoire[]

Arc du Clan Fubuki[]

Il est évoqué pour la première fois par Blizzard Infernal comme faisant partie des disciples d'Atomic Samouraï avec Iaïron et Travestoc. Cependant, malgré sa puissance, il ne peut parvenir en classe S à cause de Bogosse Masqué qui bloque le premier rang de la classe A.

Arc du Super Fight[]

Bushidozer, Travestoc et Iaïron attendent leur maître devant le dojo où se tient le Conseil de la Sainte Épée. Tous se doutent bien que

Kamikaze ressort après avoir tué un membre du conseil.

Atomic Samouraï a convoqué cette assemblée pour aider à retrouver Garoh. Cependant, c'est aussi un événement exceptionnel rassemblant les plus grands maîtres épéistes. Iaïron dit qu'il n'y avait pas besoin de cette réunion et qu'il aurait pu aller combattre lui-même Garoh pour prouver qu'il est plus fort que lui, mais Travestoc lui annonce que Master Marcel lui-même a perdu contre ce monstre. Aussi, Bushidozer rajoute qu'un être aussi fourbe ne mérite pas de combat à la loyale et qu'il vaut mieux rassembler une équipe pour l'arrêter à temps par mesure de sécurité. Après un certain temps, ils ressentent de l'hostilité dans l'air et s'approchent de l'entrée. Atomic Samouraï en sort. Sans plus donner d'explications, il les emmène et disant que Garoh n'est plus leur seul problème : ils vont avoir affaire à l'Association des Monstres.

Emoticon_stop.png Toute cette page dépasse l'animé. Ceux qui suivent exclusivement l'animé seront forcément spoilés en la lisant.

Arc de l'Association des Monstres[]

Leur groupe de sabreurs rentre bredouille à la tour de la Ville A. Super Black Brillant les informe qu'ils doivent rester disponibles en vue du plan de libération d'un enfant pris en otage par l'Association des Monstres. Le sportif

Super Black Brillant les met à jour sur la situation.

répond que Atomic Samouraï est paumé et qu'il empeste le sang. Atomic Samouraï explique qu'ils ont passé la majeure partie de leur temps à pourchasser des monstres un peu partout dans les montagnes et les grottes sans trouver l'endroit d'où proviennent ces monstres. Le n°11 de classe S dit que c'est normal parce qu'ils sont dans la zone sinistrée de Ville Z. Atomic Samouraï est ahuri qu'ils avaient déjà l'information, mais positive en disant que ça sera moins compliqué pour la prochaine bataille. Il propose à ses disciples de se reposer à présent. Au même moment, Bogosse Masqué rentre par la porte et commence une discussion tendue avec Atomic Samouraï en lui disant qu'il prend des risques à s'encombrer de ses disciples. Le maître répond qu'ils sont assez fort, mais ça ne met pas fin aux commentaires dédaigneux de Bogosse Masqué qui va jusqu'à se prétendre plus fort qu'Atomic Samouraï et l'énerver.

Bushidozer boit en attendant la fin de la réunion.

Le lendemain matin, Bushidozer patiente dans un couloir en buvant une boisson chaude en compagnie des deux autres élèves jusqu'à la fin de la réunion de la classe S. On apprend que les disciples feront partie de l'équipe d'assaut en sous-sol aux côtés de leur maître.

Peu après, tous les héros réunis pour l'opération se mettent en marche en direction de la Ville Z.

Tandis que Tornade Tragique rentre dans un combat spectaculaire avec Maléfiquœil, Bushidozer regarde attentivement pendant que l'ouragan se lève.

Bushidozer bouge pour protéger Psychodroïde alors qu'il était menacé par un quatuor de monstres. Travestoc l'aide et en un instant ils éliminent les monstres. Travestoc est curieux de savoir pourquoi ce héros était agenouillé comme ça, mais Bushidozer lui suggère de l'ignorer.

Pendant que l'équipe de soutien combat Rhino-féroce, Bushidozer est passif.

Bushidozer, Iaïron et Travestoc suivent peu de temps plus tard Atomic Samouraï durant l'invasion du quartier-général de l'Association des Monstres.

Ils obtiendront la permission de leur maître de s'aventurer en mission indépendante à travers la base. A un moment donné, ils entendent non loin un autre combat, impliquant probablement un héros de classe S et donc dont ils ne doivent pas s'inquiéter.

encerclés par les esclaves

Iaïron dit à ses amis de plutôt se concentrer sur leur propre combat, rappelant qu'ils doivent prouver qu'ils méritent la confiance de leur maître en apportant des résultats. Iaïron décrit parmi leurs adversaires dans ce couloir les membres de l'Escadron Privé de Rupin qui avait été envoyée pour sauver l'otage. Ils ont de toute évidence subi un lavage de cerveau. Bushidozer et Travestoc acceptent l'ordre de les vaincre sans les blesser. Au signal de Princesse Supersado, la mêlée commence. Travestoc remarque que les mercenaires obéissent aux ordres de la femme monstrueuse en retrait. Bushidozer crie aux esclaves de Supersado de se réveiller, mais ça n'est pas efficace. La femme déclare que ses mots semblent tomber dans l'oreille de sourds. Bushidozer est attaqué par Basilik et Barbane réuni, mais il bloque la pression de leurs armes avec sa drille. Pourtant, les deux opposants augmentent leurs efforts, et il peine à garder son équilibre sous cette force impressionnante. Il sort alors les lames cachées dans sa drille et détruit les armes de ses ennemis en un instant. Bushidozer exprime que les lames sans âme ne lui font pas peur. Les héros se font encercler, dos-à-dos. Iaïron dit qu'ils portent des tenues de combat illégales et qu'ils sont bons aux arts martiaux, ce qui les oblige à persévérer pour les exténuer. Soudain : Bushidozer voit venir un coup de fouet de Princesse Supersado et s'apprête à se protéger avec sa drille.

Bushidozer aidé par Bogosse Masqué

Il est étonné que le fouet soit bloqué d'une main par un nouvel arrivant : Bogosse Masqué. Ce dernier prie les sabreurs de se retirer pour qu'il fasse le travail à leur place. Iaïron montrant de l'hésitation, Bogosse Masqué continue de parler en citant la forte probabilité qu'ils finissent à leur tour esclaves de cette femme, demandant aussi s'ils sont prêt à risquer de déshonorer le nom de leur mentor. Tandis qu'il se défend encore des mercenaires, Bushidozer veut savoir si Bogosse Masqué oserait affronter seul ces types. Le supérieur explique qu'il a un plan très simple, mais qu'il a besoin d'être seul. Alors, les sabreurs acceptent ensemble de se retirer de l'affrontement.

Bushidozer écoute ses deux camarades débattre pendant qu'ils s'enfuient. Il semblerait que chacun ait des doutes sur ce dont Bogosse trop Craquant Masqué serait capable de faire contre les esclaves de Supersado, alors qu'il est censé les sauver...

Bushidozer neutralise Basilik et Pabrika.

Le groupe ayant fait demi-tour, ils interviennent juste à temps pour empêcher Bogosse trop Craquant Masqué de porter le moindre coup aux sept humains. Dans la manœuvre surprise, Bushidozer surgit à travers le carrelage du couloir en creusant avec sa drille. Son attaque drille d'air expulse Basilik et Pabrika. Leurs têtes se heurtent au plafond. En un instant bref, les sabreurs ont réussi à assommer les combattants qui étaient sous lavage de cerveau, ce qui donne le champ libre à leur collègue n°1 pour attaquer directement Princesse Supersado et lui enfoncer brutalement la tête dans le mur.


Puisqu'ils se sont imposés en vainqueurs, Bogosse Masqué prend la parole pour réclamer des explications sur leur comportement contradictoire avec ses instructions. Iaïron tient un discours faussement innocent pour laisser croire qu'ils ont cru à un message caché, mais Bushidozer demande à son ami de

victoire totale sur Supersado

lui permettre de dire ce qu'il pense à Bogosse Masqué. Bushidozer veut voir si Bogosse trop Craquant Masqué confirme qu'il avait l'intention de tuer tout le monde sans exception. Si c'est le cas, Bushidozer trouve que cela aurait jeté la honte sur son rang. Son interlocuteur se montre offusqué et l'accuse d'être devenu fou. Devant cette réponse, le quatrième de classe A n'ose rien ajouter. Bogosse Masqué affirme qu'il devrait être le seul à poser des questions. Il redouble de blâmes envers eux pour avoir tout compris de travers et interféré au moment où il allait appliquer la justice. Ils ont réussi l'opération (soi-disant parce que Bogosse Masqué s'est adapté à eux), mais ça n'empêche que Bogosse trop Craquant Masqué trouve leurs actions impardonnables et compte réclamer une punition. Jusqu'au bout, Bushidozer laisse parler Iaïron à leur place, se faisant violence pour ne pas céder à la colère devant les propos méprisants de leur collègue. Les mercenaires reprennent quelques instants plus tard leurs esprits, et ils sont visiblement libérés de l'hypnose. Pendant que Iaïron les réconforte, Supersado lance un coup en traître sur Bogosse trop Craquant Masqué. Avant que quiconque n'ait pu réagir, le premier héros de classe A en a déjà fini avec le monstre. Bogosse Masqué dit qu'il a à peine été égratigné. En fin de compte, les trois sabreurs sont missionnés par Bogosse Masqué pour emmener en sûreté les sept civils. Iaïron accepte en annonçant qu'il a déjà un plan.


Bushidozer grimace au lieu de pleurer.

D'après le plan de leur confrère, les trois héros font mine d'être prisonniers des mercenaires (dans le rôle des esclaves de Supersado). En chemin, ils font semblant de pleurer. Bushidozer, lui, n'arrive qu'à faire une grimace pour simuler sa tristesse. Quand ils arrivent dans une salle remplie de monstres, le plan se déroule bien, jusqu'à ce qu'un monstre décide de manger Iaïron. Ils sont donc contraints de se battre. Bushidozer s'empare vite de ses armes tenues par Barbane et Anèthe, et découpe tout monstre à proximité de lui durant l'affrontement. Bushidozer ne peut s'empêcher d'admirer un instant les hommes en armure se battre avec vaillance. Travestoc trouve cependant qu'ils dégagent plus de la hargne. Puis, Bushidozer entend Pabrika et Travestoc se disputer, parce que Pabrika a frappé par erreur Iaïron. Bushidozer demande à Pabrika s'il doute qu'ils soient compétents pour les protéger. Si c'est le cas, il n'a donc pas compris en quoi consiste leur boulot de héros. A cela, Pabrika répond humblement en évoquant avoir appris à se battre sur les champs de bataille humains. Son discours rappelle à Bushidozer que les mercenaires se battent par cupidité ou instinct de survie, et non par désir de justice. Bushidozer garde ça pour lui, mais il estime que si Pabrika s'est habitué à n'être solidaire qu'avec ses camarades, il ne vaut mieux ne pas lui faire confiance pour protéger ses arrières durant un combat. Or, Pabrika interpelle à son tour Bushidozer. Il a remarqué comme le quatrième de classe A était incapable de faire semblant d'être un chouineur à cause de sa fierté. En conclusion, le mercenaire lui recommande d'apprendre à se défaire de sa fierté s'il veut correctement s'appliquer à survivre. Bushidozer est irrité qu'il ait osé lui dire ça alors qu'ils sont chargés de le sauver.


De façon fulgurante, des pointes commencent à perforer le sol de la salle. Devant ce danger, Bushidozer, Travestoc et Iaïron tranchent aussi bien les monstres à proximité d'eux que le sol. Ils taillent alors un trou.

"Est-ce que je peux le trancher ?"

Iaïron crie aux mercenaires, avant qu'ils ne disparaissent, de se charger de leur étage en attendant qu'ils se réunissent. Les trois héros se retrouvent un sous-sol plus bas. A travers le nuage poussiéreux qui se dissipe, ils aperçoivent une silhouette et se mettent en garde. Leur nouvel adversaire s'avère être Lucif'Hair, fléau de niveau Démon. Le monstre déclare que tels des papillons de nuit attirés par une flamme, eux, héros justiciers, sont venus pour s'emmêler dans sa chevelure. Bushidozer déduit que ce monstre combat à l'aide de ses cheveux. Iaïron appelle tout de même à la vigilance, et demande à Travestoc de faire un test. Travestoc est cependant captivé par Tignasse. Iaïron s'exaspère qu'il soit encore tombé amoureux d'un monstre. Cette scène énerve Bushidozer qui insulte le travelo pour qu'il ramène son attention vers eux. Piqué au vif dans un premier temps, Travestoc demande à Bushidozer s'il ne serait pas jaloux par hasard. Le quatrième de classe A demande alors au second le droit de trancher le troisième. Iaïron ordonne le calme en rappelant qu'ils sont en pleine mission d'escorte, et que leur maître pourrait avoir honte d'eux. Ce discours convainc Travestoc de se remettre en situation pour le combat, mais pas avant une dernière déclaration ridicule pour prévenir au monstre que tout est déjà fini entre eux. En le regardant effectuer une Lame d'Air vers Lucif'Hair, Bushidozer décrit intérieurement cette technique tranchante aérienne à longue portée, qu'il jalouse, comme étant impossible à imiter. Lucif'Hair se défend derrière un bouclier de cheveux suffisant contre la Lame d'Air. Le monstre dit que, comme les grenouilles au fond d'un étang ignorant la profondeur de l'eau, les héros de classe A ignorent la terreur des cheveux. Bushidozer avertit Travestoc au moment où une pique de cheveux sort du sol, mais il est obligé de réagir après qu'une deuxième attaque capillaire émerge en direction de la tête de son collège. Il assène un coup de drille pour sauver le n°3 de classe A. Travestoc le remercie pour ça. Bushidozer sent que le plus dur est à venir. Iaïron résume ce dont ils peuvent s'attendre de la part de cet ennemi, et incite les deux autres à rester sur leurs gardes pour ne pas louper une seule attaque. Une grande rafale de cheveux déferle vers eux. Ensemble, les sabreurs se battent de leur mieux. Iaïron leur crie de ne pas essayer de suivre les attaques des yeux, mais de plutôt se reposer sur leurs réflexes et leur capacité à ressentir l'aura meurtrière des attaques. Lucif'Hair clame que, tels des légumes feuillus baignant dans le sel, les héros vont finir noyés dans ses cheveux. De multiples pointes capillaires fondent vers les héros.

Iaïron, Travestoc et Bushidozer VS Lucif'Hair

Travestoc se rappelle qu'il y a environ 100000 cheveux sur la tête d'un humain, mais qu'ils n'ont de leur côté que 3 lames. Iaïron rajoute à la liste de leurs problèmes que rater une seule attaque pourrait être une question de vie ou de mort. Ils ne doivent pas hésiter, maintenir leur garde, ou bien leur organes se feraient transpercer à cause de leur indécision. Les disciples commencent à se faire blesser à petit feu. Bushidozer est au bout d'un moment gêné que sa drille soit empêtrée dans trop de cheveux. En quelques gestes secs : il déboîte hors de la drille un vrai katana, coupe les cheveux emmêlés dans la drille, et remboîte son katana. Les héros finissent par se retrouver dos-à-dos. A ce moment, le travesti considère que le Démon leur a donné la solution pour le vaincre. Bushidozer croit qu'il parle de leur instinct pour prévoir les attaques, mais Travestoc parlait surtout de fait qu'ils n'ont plus à craindre les attaques venant dans l'angle de leur dos. Là, Iaïron et Bushidozer sont d'accord. Bushidozer demande même si Travestoc n'a pas mangé un truc bizarre pour dire un truc aussi censé. Travestoc répond en lui demandant s'il est tombé amoureux, ce qui lui arrache une sèche réponse négative. Lucif'Hair lâche une nouvelle métaphore, ce qui amène Iaïron à confirmer qu'il raconte un peu n'importe quoi. Une dernière fois, le meneur du trio conseille ses collègues pour qu'ils s'appliquent en tranchant. Ils redoublent d'efforts dans le but de venir à bout de la tempête capillaire.

Après un combat très difficile qui dévaste la salle et les laisse blessés, les trois sabreurs l'emportent sur Lucif'Hair. Ce dernier s'écroule parce qu'ils lui ont trop coupé les cheveux. Au-dessus d'eux, Pabrika les appelle et ajoute qu'ils ont fini de purger leur niveau. Bushidozer dit qu'ils ont gagné de justesse à eux trois, et qu'en solo ils n'avaient aucune chance, mais qu'ils devraient s'inquiéter des monstres aussi fort que celui-là qui doivent rester dans les environs. Iaïron considère qu'ils n'ont pas à s'inquiéter pour leur maître.

Ils se réunissent un peu plus tard et vainquent une autre escouade de l'Association des Monstres. Puis, ils s'arrêtent pour discuter. Iaïron parle au nom de ses collègues en refusant l'offre de recrutement de Pabrika, du fait que leur métier de héros fait partie de leur entraînement. Bushidozer retourne la proposition en demandant aux mercenaires s'ils souhaiteraient devenir des super-héros et suivre la voie de l'épée. Pabrika lui sourit, mais réplique que les histoire d'héroïsme et de code ne le bottent pas trop. Il pense même qu'il est mieux placé que les héros pour parler de justice, après l'enfer qu'il a vécu. De rechef, le capitaine taquine Bushidozer en lui garantissant des cours d'art dramatique pour savoir pleurer pour de faux, s'il rejoint son escadron, mais Bushidozer refuse sec avec agacement. Les piques de Pabrika ne finissent pas là, puisqu'il évoque qu'ils auraient dû voir la belle performance de son équipe lorsqu'ils avaient été capturés...

Bien que répété, le plan de Iaïron échoue encore quand un barrage de monstres leur réclame un mot de passe. Pendant le massacre qu'ils infligent aux monstres, un Tigre, Maître Joe, s'échappe. Bushidozer, Iaïron, Travestoc et Pabrika le poursuivent en suivant les traces de sang qu'il laisse derrière lui, ce qui les conduit dans une salle des coffres pourvue d'un long couloir. Pabrika est très intéressé, mais Bushidozer lui scande que ce n'est pas le moment pour songer à investir. Cependant, il voit Pabrika utiliser un appareil pour enregistrer la localisation des lieux en évoquant que ça pourrait valoir un bon prix auprès des voleurs. Outré, Bushidozer s'écrie qu'il a essayé de l'entraîner tout-à-l'heure dans ses activités criminelles, ce à quoi le mercenaires répond d'un air relax que ce n'est pas en étant des saints qu'ils vont gagner leur vie. En arrivant au coffre-fort où est entré le monstre en fuite, Pabrika a tiré, mais Iaïron les a appelés à rester à l'écart, par prudence. Maître Joe arrive malgré ses blessures à appuyer sur un levier en annonçant qu'ils arrivent trop tard pour l'empêcher de permettre au pire des lieutenants de les tuer. L'action de Maître Joe a ouvert le robinet d'un grand aquarium qui était au fond de la chambre forte et déversé son contenu en contrebas des escaliers sur lesquels les humains se tiennent. Des poissons carnivores se manifestent en dévorant Maître Joe et en sautant vers le groupe d'humains, les obligeant à tuer ceux qui les approchent. Travestoc est perturbée par les paroles du fuyard. Bushidozer suppose que le lieutenant dont il parlait était le banc de poissons. Iaïron a alors une idée pour éviter l'affrontement : fermer la porte. Ils poussent ensemble depuis l'extérieur contre la porte blindée, mais leur mouvement est brusquement stoppé. Les quatre hommes lèvent la tête, et voient un volume d'eau qui se meut à la façon d'un être vivant pour bloquer la porte et sortir du coffre-fort. Iaïron constate une mauvaise nouvelle : le lieutenant n'était pas les poissons, mais l'eau ! Ils battent aussitôt en retraite dans le couloir de la salle des coffres tout en évitant les rayons d'eau sous pression tirés par Hydromal Naturel et en se défendant contre les Poissons Docteurs Fous. Iaïron les enjoint à se cacher derrière des obstacles épais comme des murs pour se protéger des rayons particulièrement perforants, puis à rester calmes en attendant de comprendre comment combattre ce fléau de niveau Dragon. En s'efforçant de rester calmes, les sabreurs obtiennent un instant de répit où Hydromal Naturel cesse de tirer. Cependant, Pabrika rompt le silence en tentant de tirer dans les yeux d'Hydromal Naturel. Le monstre réplique immédiatement en tirant un trait qui transperce le mercenaire, ce qui pousse Pabrika a venir l'aider. Néanmoins, Bushidozer est à son tour dans la ligne de mire d'Hydromal Naturel. Il se fait propulser hors du champ de tir par un mouvement de Pabrika, mais en conséquence : Pabrika encaisse trois rayons de plus dans son flanc et saigne abondement. Tandis que ses acolytes arrivent à faire sortir Pabrika dans un couloir latéral, le nouvel abri de Bushidozer est la cible de rayons d'eau. Ironiquement, alors qu'il avait pensé auparavant que Pabrika n'était pas digne de confiance, il lui doit la vie. Il hurle de rage et lance une série de drilles d'air en direction du plafond. Son attaque cause un éboulement et une opportunité de rentrer dans le même couloir que ses amis en bouchant son entrée. Une fois auprès de son équipe, il demande comment va Pabrika, mais Travestoc hoche négativement de la tête. Pabrika est en train de se blâmer d'avoir essayé de faire comme les héros qu'il méprisait. Bushidozer, lui, est terriblement désolé d'avoir manqué à son devoir de le sauver. Pabrika confie qu'il a tué beaucoup de gens pendant la guerre pour gagner de l'argent, et ajoute qu'ils doivent le laisser ici. Ils peuvent déjà voir l'eau passer à travers les débris à l'entrée du corridor. Pabrika leur donne son prénom, et les héros lui répondent avec gravité par leurs noms de héros. A présent, Pabrika leur confie la vie de ses subordonnés. Ils acceptent et partent, laissant le chef d'escadron se faire rattraper par les flots.

Hydromal Naturel les ayant rattrapés, mercenaires et héros se battent ensemble. Durant le combat, Bushidozer remarque un séisme étrange.

Ils se feront tous vaincre, mais Hydromal Naturel les laissera seulement blessés et inconscients en contrebas d'escaliers dans une autre salle.

Bushidozer, Petit Empereur, Iaïron et Travestoc sont plus tard mis à l'abri sous des boucliers par Tornade Tragique.[1]

Références[]

Advertisement